Sélectionner une page

Sapeur-pompier

Incendie, accidents de la route, inondations… le sapeur-pompier est sur tous les fronts. Volontaire, professionnel ou militaire, il exerce un métier à risques, qui demande une solide vocation.

En savoir plus

 

  • Niveau d’accès : diplôme national du brevet
  • Statut(s) : Militaire, Statut salarié
  • Synonymes : Pompier
  • Métiers Associés : Lieutenant/e de sapeurs pompiers professionnels, Marin-pompier de Marseille, Officier/ère de sapeur-pompier professionnel, Sapeur-pompier de Paris, Sapeur-pompier professionnel non-officier
  • Secteur(s) professionnel(s) : Armée – Sécurité, Fonction publique

 

Salaire débutant en €

Nb de sapeur-pompier en France

%

Sapeur pompier volontaire

Nature du travail

Porter les secours d’urgence

Professionnel des secours, le sapeur-pompier administre les premiers soins aux accidentés de la route, aux victimes de noyade, de brûlures… Il éteint les incendies de forêt ou d’immeuble, évacue les personnes en cas d’inondation, d’explosion, de tremblement de terre… Il résout certains problèmes domestiques : animal coincé sur un toit, fuite de gaz…

Se spécialiser

Le sapeur-pompier peut se spécialiser. En alpinisme ou en spéléologie pour atteindre des endroits difficiles d’accès (puits, grotte, ravin…). En plongée pour des recherches sous-marines.Pour retrouver des personnes, des substances dangereuses ou interdites…, il devient agent cynophile (maître-chien). Il peut encore intervenir lors d’un accident industriel (pollution chimique ou radioactive…) ou lors de sauvetage et de déblaiement (catastrophe naturelle).

Actions de prévention

Ce professionnel joue aussi un rôle préventif au sein d’une commission de sécurité, en particulier lors de la construction d’établissements recevant du public (école, hôpital, centre administratif…). Sur place, il visite les lieux et contrôle les systèmes de sécurité avant l’ouverture du bâtiment.

Compétences requises

Courage, altruisme et prudence

Au quotidien, un sapeur-pompier est souvent confronté à des situations humainement difficiles ou dangereuses. Le courage et l’altruisme sont donc des qualités inhérentes au métier. Quant au risque, même calculé, il fait partie intégrante des conditions de travail.

Efficacité et résistance

Confronté à des urgences très diverses, le sapeur-pompier sait observer et évaluer rapidement une situation. Il possède des réflexes sûrs, une excellente condition physique (l’entraînement est important) et une bonne résistance psychologique.

Lieux d’exercice et statuts

Statut civil ou militaire

Les sapeurs-pompiers de Paris et les marins-pompiers de Marseille sont des militaires rattachés au ministère de la Défense. Dans les autres agglomérations, les pompiers sont des civils. Il s’agit soit de professionnels placés sous la responsabilité des collectivités territoriales, soit de volontaires effectuant des interventions, en plus d’une autre activité ou pendant leurs études.

Organisation militaire

Au même titre que les marins-pompiers de Marseille et les sapeurs-pompiers de Paris, les sapeurs-pompiers professionnels vivent en caserne.Sur le modèle militaire, leur corps est structuré en grades : les hommes du rang (2e et 1re classe…) apportent les premiers secours, éteignent les incendies ; les officiers ont des missions d’encadrement. Leurs grades vont du lieutenant au colonel.

Horaires chargés

Très sollicité, le sapeur-pompier intervient en moyenne toutes les 9 secondes en France. Lorsqu’il est de garde, il est de service 24 heures d’affilée, puis s’arrête pour un repos de la même durée. Les jours comme les nuits peuvent être chargés, surtout dans les grandes villes.

sp-mission1Salaire Salaire du débutant  Smic . Intégrer le marché du travail Le volontariat en tête  Plus de 254 000 sapeurs-pompiers se tiennent prêts, 24 heures sur 24, pour répondre aux urgences.Parmi ces spécialistes du risque, 80 % sont des volontaires, 15 % des professionnels et 5 % des militaires affectés à la brigade des sapeurs-pompiers de Paris et au bataillon des marins-pompiers de Marseille. Concours selon les besoins  Si la profession peine à recruter des volontaires, elle a encore plus de mal à recruter des sapeurs-pompiers professionnels… car le nombre de postes ouverts aux concours est réduit.

Accès au métier  Divers niveaux d’études sont possibles pour devenir sapeur-pompier. Du CAP à bac+3 avec très bon niveau en sport.  Sapeur-pompier professionnel ou militaire le recrutement est différent.  Sapeur-pompier professionnel non officier      Recruté sur concours externe pour les titulaires d’un DNB, CAP ou BEP. Les sapeurs-pompiers volontaires ou jeunes sapeurs-pompiers justifiant de 3 ans d’activité sont aussi recrutés sur concours externe sans condition de diplôme. Sapeur-pompier professionnel officier : être titulaire d’un bac + 2 pour le concours externe de lieutenant. À l’issue du concours, le candidat suit une formation de 40 semaines réparties sur 18 mois à l’École nationale supérieure des officiers de sapeurs-pompiers. A partir de 2015 un concours externe de capitaine devrait être ouvert pour les titulaires d’un bac + 3. Renseignements sur les concours auprès du SDIS de votre département, le service départemental d’incendie et de secours.  Les sapeurs-pompiers militaires      Marin-pompier de Marseille, sapeur-pompier de Paris et sapeur-sauveteur d’une unité d’instruction et d’intervention de la sécurité civile (UIISC) sont des militaires de la marine ou de l’armée de terre. Sans diplôme ou jusqu’à bac+5, votre interlocuteur est le CIRFA de votre département, le Centre d’Information et de Recrutement des Forces Armées pour les 3 armées (terre, air, mer)

Témoignages

Fabrice, marin-pompier de Marseille

Donner le meilleur de soi-même

« Mon parrain était sapeur-pompier. Pendant toute mon enfance, j’allais avec lui à la caserne. J’ai d’abord été pompier volontaire pour m’assurer que ça me plaisait vraiment. À 19 ans, j’ai passé le concours. J’aime la montée d’adrénaline que provoque chaque intervention. Nous ne savons jamais ce que nous allons trouver. Nous ressentons un stress positif qui nous permet de prendre des décisions. Il nous oblige à nous surpasser et à donner le meilleur de nous-même. C’est l’aspect excitant du métier. »

(29/06/2007)

Ressources utiles

SDIS – Direction départementale des services d’incendie et de secours (pour les pompiers professionnels)

Bataillon des marins-pompiers de Marseille, bureau du recrutement
http://www.marinspompiersdemarseille.com

Brigade des sapeurs-pompiers de Paris, bureau des ressources humaines, section recrutement
http://www.pompiersparis.fr

Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France
http://www.pompiers.fr

Caserne de pompier de Rumilly

Caserne d’albens

Caserne de sapeurs-pompiers Saint-Alban-Leysse

Les missions

  • Incendies 7%
  • Accidents de la circulation 6%
  • Secours d’urgence aux personnes 75%
  • Risques technologiques 1%
  • Autres 11%

En images

Le SDIS 74

Le Service Départemental d’Incendie et de Secours de la Haute-Savoie (SDIS 74) est un établissement public administratif départemental, composé de sapeurs-pompiers professionnels, de sapeurs-pompiers volontaires et de personnels administratifs, techniques et spécialisés.

Les risques industriels et pollution

Les sapeurs-pompiers sont amenés à intervenir pour maîtriser la projection non voulue de déchets industriels. Ce fut le cas le 12 janvier 1998 à Limoges lorsque la société Mazal eut un accident, projetant de l’acide concentré. Heureusement, les sapeurs-pompiers sont intervenus rapidement et ont pu contrôler la situation notamment grâce au pharmacien sapeur-pompier qui a parfaitement maîtrisé ce produit.

Près d’une année plus tard, une importante déflagration a eu lieu dans la société Gazelin de Roanne au cœur de la Loire. Là encore, les sapeurs-pompiers ont assuré leur rôle de sauveteurs de la planète en menant une opération techniquement au point et conforme aux règles de sécurité.

Ces évènements marquent le début d’une longue suite d’interventions qui ne seraient guère possibles sans la Cellule Mobile d’Intervention Chimique et Radiologique (CMIC-CMIR). Celle-ci, constituée de sapeurs-pompiers spécialement formés pour ce type d’opération, intervient lors d’incendies industriels, de pollution, d’accident chimique ou encore d’accident mettant en cause des produits radioactifs.

Mais ce souci de limiter la diffusion de résidus polluants dans la nature doit aussi devenir une priorité pour les pompiers. En effet, aussi surprenant que cela puisse paraître, certaines substances utilisées par les sapeurs-pompiers peuvent être dangereuses pour l’environnement.

Il y a quelques années, les pompiers laissaient s’évacuer les produits toxiques utilisés dans les fleuves et les rivières au détriment de la faune aquatique. Suite à une prise de conscience des enjeux environnementaux, ils récupèrent désormais ces substances.

Les feux de forêt

Les sapeurs-pompiers sont amenés à intervenir pour maîtriser les feux de forêts qui peuvent détruire la faune et la flore sur des centaines, voire des milliers d’hectares. Ce problème, spécifique à certaines régions, est souvent lié à la sécheresse. Ainsi, 84 % de la superficie en Corse du Sud est sensible à l’éclosion et la propagation des incendies, ce qui suppose l’utilisation de moyens matériels et humains importants pour lutter correctement contre ces feux.

Ils utilisent d’ailleurs la technique du brûlage dirigé. Elle permet de traiter les zones inaccessibles avec les véhicules et de supprimer entièrement le combustible. Depuis quelques années, différents moyens sont mis en place pour combattre ce fléau afin d’optimiser l’efficacité des sapeurs-pompiers lors des interventions. Ils suivent régulièrement des formations afin de se perfectionner et de rester au fait de l’évolution des techniques et nouvelles technologies. Des hommes, venus d’autres départements, viennent apporter leur aide et des Canadairs déversent des tonnes d’eau sur les régions incendiées. Par ailleurs, les sapeurs-pompiers, en partenariat avec l’Office National des Forêts (ONF), organisent des patrouilles de surveillance dans le but d’informer le public sur les risques d’incendie et sur les comportements à éviter. Une tactique de mise en garde sur le maillage du terrain a d’ailleurs été instaurée pour réduire la mise à feu.

Les sapeurs-pompiers doivent aussi savoir détecter un feu rapidement afin de maîtriser les éclosions au stade initial. En réalité, 98% des feux sont maîtrisés avant qu’ils ne dégénèrent. Ils ne parcourent pas plus de 10 hectares. Les 2% restants parcourent environ 90% de la surface brûlée. On assiste alors à de violents incendies. Dans ce genre de situation, les sapeurs-pompiers débordés essaient de contenir les flammes sans pouvoir réellement agir efficacement. Ils tentent de contenir l’incendie et font évacuer les individus.

A l’heure actuelle, il est important de fédérer tous les acteurs sur la problématique du feu, notamment lorsque l’on redoute des étés caniculaires.

A cette occasion, des réunions sont mises en place dans le but de permettre aux partenaires de partager leurs compétences et leurs expériences. Les spécialistes du feu se retrouvent au sein de la commission départementale de prévention des feux de forêts afin de déterminer la politique de Défense contre les incendies (DFCI). Ils décident des nouveaux ouvrages qui permettent de lutter efficacement contre les feux : création de pistes, implantation de citernes, zone de repli ou de lignes de combat préparées à l’avance contre les grands incendies de forêts (LICAGIF). Ces ouvrages se sont d’ailleurs révélés déterminants pour la sauvegarde de l’environnement. Certaines études sont aussi réalisées afin de déterminer l’importance de l’origine humaine volontaire de certains incendies mais également le poids des causes humaines accidentelles.

La protection de la faune

Outre les vies humaines, les pompiers peuvent avoir à sauver des vies animales lors de marées noires ou autres accidents catastrophiques pour la faune.

Rappelez-vous cette intervention spectaculaire à Pleubian dans les Côtes d’Armor où les sapeurs-pompiers, alertés par les goémoniers, découvrent environ 150 dauphins piégés dans une anse asséchée par le retrait de la mer. A la vue de ce spectacle, le chef de centre de Pleubian sollicite des renforts en personnels et en moyens nautiques. Une grande chaîne de solidarité se met alors en place pour sauver les cétacés. Sapeurs-pompiers, gendarmes, géomoniers, pêcheurs, promeneurs se mettent à la tâche. Vers 17 heures, avec la marée montante, l’objectif des sapeurs-pompiers est de repousser vers le large les dauphins remis à la mer afin de leur éviter la mort.

Les plans d’urgence

La gestion des catastrophes se définit autour de plans d’urgence comme le plan ORSEC (organisation des secours) qui permet de recenser et de coordonner les moyens disponibles. Ainsi, le 16 mars 2008, le plan Polmar (plan de lutte contre la pollution marine), une annexe du plan ORSEC, est déclenché en raison de l’infiltration d’une marée noire dans l’estuaire de la Loire près de Nantes causée par un accident à la raffinerie de Donges.

Chaque jour, des sapeurs-pompiers sont affectés à la gestion d’urgences environnementales. Leur expérience dans ces types de catastrophe est alors primordiale. Cela peut dégénérer en crise majeure si l’un des acteurs n’assure plus sa fonction : organiser les secours, gérer la crise, informer les populations et les autres acteurs (rôle des experts, des politiques, des médias). Du côté opérationnel, les sapeurs-pompiers s’occupent de toute la logistique des équipements individuels et de l’acheminement des petits matériels. Leur mission n’est pas forcément le nettoyage de masse, mais plutôt l’encadrement des bénévoles sauf sur les sites sensibles.

Le secours d'urgence aux personnes

Le secours à victimes représente près de 77% des interventions des pompiers, soit plus de 3,5 millions de vies défendues par année.

Les accidents de la circulation

Les accidents de la circulation restent un sérieux fléau social et une importante cause de mortalité (3.464 personnes tuées sur les routes en 2015*). Là encore, les sapeurs-pompiers sont appelés à intervenir en urgence.

Les incendies

Les incendies représentent 11% des interventions des pompiers soit près de 300.700 interventions annuelles.

Les risques industriels et pollution

Les sapeurs-pompiers sont amenés à intervenir pour maîtriser la projection non voulue de déchets industriels.

Accès pompier

18

Accès pompier

112

Comment est construit cet article :